Au bout des doigts – de Ludovic Bernard

Samedi 26 Janvier à 20h30

Date de sortie 26 décembre 2018 (1h 46min)

De Ludovic Bernard

Avec Jules Benchetrit, Lambert Wilson, Kristin Scott Thomas

Genres Drame, Comédie

Nationalité français

Synopsis

La musique est le secret de Mathieu Malinski, un sujet dont il n’ose pas parler dans sa banlieue où il traîne avec ses potes. Alors qu’un des petits cambriolages qu’il fait avec ces derniers le mène aux portes de la prison, Pierre Geitner, directeur du Conservatoire National Supérieur de Musique l’en sort en échange d’heures d’intérêt général. Mais Pierre a une toute autre idée en tête… Il a décelé en Mathieu un futur très grand pianiste qu’il inscrit au concours national de piano. Mathieu entre dans un nouveau monde dont il ignore les codes, suit les cours de l’intransigeante « Comtesse » et rencontre Anna dont il tombe amoureux. Pour réussir ce concours pour lequel tous jouent leur destin, Mathieu, Pierre et la Comtesse devront apprendre à dépasser leurs préjugés…

Anecdotes

Genèse

Ludovic Bernard a eu l'idée d'Au bout des doigts après avoir entendu un jeune homme jouer du piano gare de Bercy : "C’était un jeune qui, à première vue, ne possédait absolument pas les codes de la musique classique, mais qui jouait une valse de Chopin divinement bien. C’était un moment magique, il y avait peu de monde autour de moi. Je suis monté dans le train et j’ai écrit le passé et le futur du jeune homme en me demandant comment il avait pu apprendre à jouer aussi bien. Cela a été le point de départ de mon film et je l’ai ensuite transposé gare du Nord".

Un fan de musique classique

Ludovic Bernard est un grand amateur d'opéra, dont La Tosca, mais aussi de Chopin et des symphonies de Mozart : "Quand je travaille à la maison, j’aime mettre de la musique classique : elle me remplit, m’envahit et me procure des émotions que je ne trouve nulle part ailleurs. Lorsque j’ai besoin d’écrire des scénarios, je vais chercher la bonne musique et c’est souvent instrumental car je recherche l’émotion la plus pure, la plus intacte et la plus forte. La musique classique me transporte : c’est d’ailleurs l’autre personnage de ce film tellement elle est y centrale et présente".

Influence

Le réalisateur confie que sa principale référence a été Will Hunting car il s'agit d'un film sur la transmission "où trois personnages se sauvent les uns les autres, s’aident mutuellement".

Devenir pianiste

Faute de trouver un pianiste lors du casting du rôle principal, le réalisateur a porté son choix sur Jules Benchetrit, qu'il qualifie de "magnétique". L'acteur s'entrainaît au piano 3 heures par jour avec la pianiste Jennifer Fichet. Ludovic Bernard se souvient : "Il s’agissait pour Jules d’acquérir la bonne gestuelle, la bonne posture des mains sur le clavier. Il fallait qu’il s’approprie tout cela et il l’a merveilleusement retranscrit. Quand elle l’a découvert à l’écran, Jennifer était en larmes du début à la fin : on y croit totalement".

Quant à Lambert Wilson, s'il jouait déjà du piano, il lui a toutefois fallu travailler énormémement la synchronisation de ses mains. Il raconte : "Ces séances de travail avec Harry Allouche m’ont permis d’entrer dans la réalité du film, de sentir physiquement mon rôle en passant des heures devant la partition".

Lieux de tournage

Au bout des doigts a principalement été tourné au conservatoire de Courbevoie et à la Seine Musicale. Le réalisateur la décrit comme "un lieu incroyable : tout a été étudié pour que l’équilibre acoustique soit parfait !" Il tenait par ailleurs à montrer un autre Paris et "de ne pas avoir peur des bons sentiments en tournant une scène de baiser devant Notre-Dame, ou au canal Saint-Martin". Il ajoute : "Mon intention était d’alléger la musique classique et c’est pourquoi elle accompagne aussi des plans sur l’architecture moderne : mêler les deux était essentiel. Tout devait se dérouler dans des lieux actuels à l’architecture contemporaine. Seul le concert final est à la salle Gaveau qui est le temple de la musique classique".

Quelques critiques presse

Femme Actuelle par Amélie Cordonnier - Un film qui adoucit les moeurs.

aVoir-aLire.com par Claudine Levanneur - la musique est bonne et c'est une divertissante réflexion sur la persévérance et la transmission.

La Voix du Nord par Christophe Caron - Une histoire simple à laquelle la musique classique apporte un supplément d’âme ..

Le Parisien par La Rédaction - Jules Benchetrit, fils de Marie Trintignant, se montre impressionnant par sa capacité à donner une crédibilité totale à son personnage rétif au destin qui ne lui veut que du bien et triomphe dans son art de l’illusion.

Voici par Lola Sciamma - Une success story sur une réinsertion réussie, pour les amoureux de Rachmaninov et de feel-good movie.

L'avis du projectionniste

Le film est bien interprété, les personnages sont attachants et il y a de l'émotion. Les ingrédients sont là pour passer un bon moment. un film qui fait du bien.