Beaux parents – de Hector Cabello Reyes

Samedi 20 Juillet à 21h

Date de sortie 19 juin 2019 (1h 24min)

De Héctor Cabello Reyes

Avec Josiane Balasko, Didier Bourdon, Bruno Bénabar

Genre Comédie

Nationalité français

Synopsis

Coline et André sont en parfaite harmonie avec leur fille, Garance, et leur gendre Harold. Mais Garance se sépare d’Harold et ordonne à ses parents de ne plus jamais le revoir. Les beaux-parents ne peuvent s’y résoudre : elle l’a largué, mais pas eux ! Ils devront mener une double vie pour continuer à voir leur gendre adoré, en cachette de leur fille, qui ne va pas les lâcher…

Anecdotes

Héctor Cabello Reyes derrière la caméra

Héctor Cabello Reyes est un collaborateur fidèle d'Eric Lavaine, les deux hommes travaillant ensemble depuis 2006. Ils ont écrit à quatre mains toutes les comédies mises en scène par Lavaine, de Poltergay à Bienvenue à bord jusqu'à Retour chez ma mère. Depuis, Reyes s'est émancipé et réalise ses propres comédies. Sa première était 7 jours pas plus avec Benoît Poelvoorde (2017).

Une idée de Bénabar

C’est Bruno Bénabar qui a eu l'idée de Beaux-parents. Il avait écrit une chanson sur ce sujet : que se passe-t-il quand un couple se sépare et que les beaux-parents prennent fait et cause pour leur gendre et pas pour leur fille ? "Bruno se demandait s’il n’y avait pas là un sujet… J’ai immédiatement confirmé son impression en me disant que si on le décortiquait bien, on trouvait des conflits à tous les étages, qu’un premier regard hâtif ne permet peut-être pas de saisir. C’est le genre de super idée qui tient en une phrase mais qui contient tout", déclare Héctor Cabello Reyes.

Chanteur et acteur

Selon Héctor Cabello Reyes, Bruno Bénabar acteur, ce n’est plus du tout le même que Bruno auteur ou chanteur : il est totalement dans son truc. "Il a travaillé des mois avec un coach, plus une préparation intensive pour les scènes de marche rapide avec un champion de France… Nous nous connaissons depuis très longtemps et Beaux-parents sort quasiment dix ans jour pour jour après Incognito, le premier film sur lequel nous avons bossé ensemble. Nous étions donc totalement en confiance et en plus, Bruno a ce côté « à l’ancienne », un peu Lino Ventura : il a juste besoin de savoir qui est le taulier !"

La révélation Charlie Bruneau

Charlie Bruneau incarne Garance, la fiancée d'Harold (Bénabar). On la connait grâce à ses rôles à la télévision notamment dans la série En famille, mais c’est son premier grand rôle au cinéma. "Oui, elle est charmante : une vraie « girl next door ». C’est votre voisine de palier que vous croisez chaque soir pendant des mois en rentrant, à qui vous dîtes bonjour et dont vous finissez par tomber amoureux ! Charlie a ce truc-là, comme Sandrine Bonnaire pouvait l’avoir à son âge. Quand j’ai vu Charlie en découvrant des épisodes de En famille, j’ai su que ça allait coller… Sur des répliques de parfois 4 secondes, elle était capable de mettre 4 intentions complémentaires, successives et harmoniques !", confie Héctor Cabello Reyes.

Josiane et Didier

Beaux-parents marque la première vraie collaboration entre Josiane Balasko et Didier Bourdon. Ils avaient partagé l’affiche du film d’Alexandra Leclère, Le Grand Partage, mais n’avaient presque pas de scènes communes. "Là, je trouve que leur relation à l’écran est évidente. L’idée de les associer est venue assez naturellement : j’avais co-écrit le scénario de Retour chez ma mère avec Eric Lavaine et en imaginant Beaux-parents, j’ai pensé que Josiane serait parfaite pour le personnage de Coline. Il se trouve qu’elle connait très bien Bénabar et quand je lui en ai parlé à lui, il était ravi… Pour le rôle d’André, il y avait une liste d’acteurs mais qu’on avait peut-être déjà vus dans ce registre, des comédiens de talent mais moins inattendus. Didier Bourdon est une sorte de corne d’abondance, un réservoir inépuisable. Il a une telle virtuosité qu’il peut tout jouer. D’ailleurs, avec « Les Inconnus », il a tout joué !", déclare Héctor Cabello Reyes.

Un air d'Italie

Héctor Cabello Reyes a confié le personnage du père d’André (Didier Bourdon) à Ruggero Raimondi. Le cinéaste cherchait quelqu’un avec un charisme particulier mais là aussi avec un visage inédit. "Comme souvent, Bruno Bénabar est arrivé avec une idée venue de l’espace : Ruggero Raimondi ! Le plus grand baryton du 20e siècle, le Don Giovanni de Losey, le chanteur qui a enregistré tout Mozart avec Karajan, bref un monument… Sans même me demander à lire le script de Beaux-parents, Ruggero a accepté le projet… Je crois qu’après 80 rôles tragiques à l’opéra ou au cinéma, il avait tout simplement envie de se marrer ! Cet homme a un charisme incroyable, il est beau et il a charmé toutes les femmes du plateau, même celles dont il a l’âge d’être le grand-père ! Sa présence a été un vrai cadeau pour l’équipe, notamment pour Bruno qui est lui-même d’origine italienne et amateur de bel canto."

Quelques critiques presse

Closer par La Rédaction - Même si elle est assez classique, cette comédie adopte un point de vue original et enchaîne les situations cocasses.

Femme Actuelle par Sabrina Nadjar - Distrayant et sans prétention.

LCI par La Rédaction - Une histoire empreinte d'humour qui va de surprise en surprise, et qui interroge sur les liens familiaux.

Le Dauphiné Libéré par Jean Serroy - un beau sujet de comédie de situation, traité sans trop faire dans la dentelle, mais où le duo Balasko-Bourdon, qui a du métier, fait tout passer, et où Bénabar, qui lui apprend le sien, ne se débrouille pas si mal.

Le Parisien par Catherine Balle - « Beaux-parents » agace avec certains clichés – les hommes sont infidèles, les femmes hystériques ou nymphomanes (quand elle découvre le « pot aux roses », Garance attaque le traître… à la perceuse), mais on se laisse peu à peu convaincre par l’abattage des trois comédiens principaux.

L'avis du projectionniste

Un gentil "feel good movie. On rêverait tous d'avoir des beaux-parents comme ça ! Bien sûr, l'intrigue est cousue de fil blanc, mais plutôt bien amenée. Les acteurs font le job. On passe un bon moment de détente.