Cet été là – de Eric Lartigau

Samedi 04 Février à 17h

1h 39min / Comédie, Drame De Eric Lartigau

Avec Rose Pou Pellicer, Juliette Havelange, Marina Foïs

SYNOPSIS
Dune a 11 ans. Depuis toujours, chaque été, elle traverse la France avec ses parents pour passer les vacances dans leur vieille maison des Landes. Là-bas, Mathilde, 9 ans, l’attend de pied ferme. Une amitié sans failles. Mais cet été-là ne sera pas un été de plus. L’année dernière, Dune et ses parents ne sont pas venus. On ne lui a pas dit pourquoi mais elle sent que quelque chose a changé. Sa mère si distante, les disputes des parents, Mathilde qui tarde à grandir, l’odeur des pins entêtante, le sable qui n’est plus si doux, les films d’horreur ridicules, les amours des grands ados du coin, tout met Dune en alerte. Elle veut comprendre, savoir. Cet été-là Dune va grandir.

Anecdotes

Adaptation
Cet été-là est tiré du roman graphique du même nom de Jillian (dessins) et Mariko Tamaki (scénariste). Paru en 2014, le livre a reçu le prestigieux prix Eisner en 2015. Eric Lartigau a été emballé à la lecture de la BD et a aussitôt appelé son producteur Alain Attal, qui lui avait envoyé un exemplaire, pour évoquer une adaptation. 
Le réalisateur et scénariste a procédé comme il l'avait fait sur L'Homme qui voulait vivre sa vie, tiré d’un roman de Douglas Kennedy. "Je travaille par étapes : d’abord, je lis sans notes. Ensuite, j’y reviens, je stabilote tout ce qui me plaît, et j’en tire l’idée générale vers laquelle je veux amener l’histoire et les personnages [...]". Après avoir épuré et synthétisé le texte d'origine, il l'oublie pour raconter sa propre histoire : "L’idée, c’est de respecter la trame de l’auteur, et de garder une cohérence avec l’œuvre – sinon, quel intérêt ? Autant partir d’une page blanche... Mais l’histoire, je la raconte à ma manière."

Écriture à quatre mains
Eric Lartigau a co-écrit le film avec Delphine Gleize, réalisatrice de La Permission de minuit et Beau Joueur. Il l'avait dirigée dans #Jesuislà. Ils se sont rencontrés en 2017, alors qu'il siégeait à la commission de l’Avance sur recette, devant laquelle elle présentait un scénario. Il lui a proposé à la sortie de travailler un jour avec lui sur un prochain film. Ils sont depuis devenus amis. Lartigau raconte : "Je connais Delphine depuis longtemps, et pour moi, il était évident que ce scénario s’écrirait avec elle. Elle a un humour et un détachement que j’adore, et en même temps, une grande capacité à être dans le présent et à analyser, de manière très fine, le monde qui nous entoure. Et son regard se fait sans jugement : elle est d’une profonde humanité."

La famille
Avec Cet été-là, Eric Lartigau voulait à nouveau traiter de la famille, un thème récurrent de sa filmographie : "Parce qu’on est dans la vie, parce que ça parle à tout le monde, et parce qu’il n’y a rien de plus chiant que la famille et de plus fabuleux en même temps (rires) ! Et ça, pour un réalisateur, c’est la possibilité d’aller aussi bien dans le drame que dans la comédie." La question de la transmission et de l'éducation l'intéresse particulièrement : "Être parent, c’est être un repère, proposer un axe, offrir un aiguillage possible... Mais sans demander à l’enfant de compenser un manque ou d’apaiser ses propres angoisses. Supporter qu’il en fasse ce qu’il veut, qu’il puisse s’en émanciper, de la manière la plus libre, la plus ouverte qui soit, et sans jamais le juger. C’est l’art du dosage, et il est délicat. Comme homme, comme fils, comme père, ça me fascine."

Le casting des enfants
Pour trouver les interprètes des deux petites filles, Dune et Mathilde, la directrice de casting Elsa Pharaon a posté des annonces sur les réseaux sociaux. Parmi les trois mille messages qu'elle a reçus, elle a visionné une centaine d’essais pendant le confinement. Rose Pou Pellicer et Juliette Havelange se sont d'emblée détachées du lot. "On a organisé un premier zoom, et puis on s’est rencontrés tous les trois, à Paris. On a commencé par discuter de tout et de rien. Je voulais les entendre parler de leurs envies, de ce qui les animait, de leurs centres d’intérêts... C’était un moment joyeux, léger, très rigolo. Elles étaient d’une grande fraîcheur et peu à peu, la timidité s’en allait : c’était hyper joli à observer. Au bout d’une trentaine de minutes, j’ai pris ma caméra et j’ai commencé à filmer. En sortant, je savais que j’avais mon duo", se souvient le réalisateur.

Trouver les parents
C'est la troisième fois qu'Eric Lartigau dirige Marina Foïs, après Un ticket pour l'espace et L'Homme qui voulait vivre sa vie. Au sujet de son ex-compagne, il déclare : "ce que j’aime, chez elle, c’est sa capacité d’écoute, son intelligence du personnage, et sa force de proposition. Elle a, par ailleurs, un éventail de jeu qui la fait très facilement passer du drame à la comédie : son visage peut être lumineux, ou dur, complètement fermé." Quant à Gael García Bernal, il l'avait rencontré au Festival Lumière grâce à Thierry Frémaux : "on a passé des nuits entières à se marrer, je l’ai tout de suite beaucoup aimé. Il a une intériorité, une forme de mystère, et un regard toujours très beau sur les gens... Il est foncièrement bon, or il fallait que son personnage le soit pour rester, malgré ces deux années compliquées, auprès de Sarah, et en être toujours amoureux. [...] Et puis Gael amenait un peu d’étranger, d’étrangeté, avec cette langue espagnole si sensuelle, si vivante, si chantante – c’est tellement sexy de les entendre parler, Angela et lui".

Diriger des enfants
Eric Lartigau revient sur les précautions qu'il a prises avec ses deux actrices principales, âgées de dix ans au moment du tournage : "Parler fort, pousser des gueulantes, faire de grands gestes, on évite : on est pas avec des objets en cire, mais pour elles, l’intensité en aurait été multipliée par dix. Or, mis à part le fait qu’il est hors de question de les abîmer, il faut faire attention à ne pas perturber leur concentration. À cet âge, c’est le principal problème : il faut qu’elles soient complètement là, sinon, tout d’un coup, le regard s’en va, sur le visage, plus rien ne s’imprime, il n’y a plus rien." 
Le plan de travail a été étiré d'une dizaine de jours supplémentaires, car les jeunes comédiennes ne pouvaient pas légalement travailler plus de six heures quotidiennement. Elles ont été accompagnées par un coach, Lucas Lecointe, qui "était auprès d’elles nuit et jour et leur avait créé un programme sur mesure, hyper varié, fait de jeux ou d’exercices, pour qu’elles soient en éveil, sans être crevées. Qu’elles soient à l’heure le matin, mais reposées."

Quelques critiques presse

Closer par J.B. - C’est réussi, lumineux et empreint d’une douce nostalgie.

La Septième Obsession par Thomas Aïdan - Preuve que le cinéma populaire peut parfois viser juste et laisser simplement l’émotion gagner notre échine sans en indiquer artificiellement le chemin.

Le Figaro par Eric Neuhoff - En s’inspirant d’une BD japonaise, en plaçant sa caméra à hauteur d’écolières en congé, Lartigau a réussi son Été 42.

Ouest France par La Rédaction - Une sensibilité espiègle et majestueuse.

Sud Ouest par Sophie Avon - Un très joli film d'apprentissage.

Télé 2 semaines par P.C. - Ce passage à la préadolescence est une grande réussite, pleine de sensibilité et de finesse. La mise en scène est remarquable.

Télé 7 Jours par Isabelle Magnier - On est charmé par l'impertinence des deux copines et par une mise en scène « bousculée» par les images qui forment le journal intime de Dune. C'est la très belle idée du film.

Télé Loisirs par P.C. - Ce passage à la préadolescence est une réussite, tout en sensibilité et en finesse.

Cahiers du Cinéma par Valentine Guégan - Cet été-là délaisse pourtant cette matière scénaristique attendue pour adopter une forme libre, en phase avec les errances estivales de Dune que ses parents surveillent peu, confiants dans la vie conviviale du village. Le pari du titre de saisir la singularité d’un moment décisif est tenu avec une louable simplicité.

L'Obs par Sophie Grassin - Eric Lartigau adapte un roman graphique de Mariko et Jillian Tamaki et livre un récit initiatique sur la perte de l’innocence. Un de plus, serait-on tenté d’écrire, si la description sensible d’un âge où on se croit indispensable aux autres et l’allant des répliques et Rose Pou Pellicer (réelle présence) ne nous incitaient à l’indulgence.

Le Journal du Dimanche par Baptiste Thion - Un récit touchant et empathique qui doit aussi beaucoup à la justesse de ses interprètes : aux côtés des convaincants Marina Foïs et Gael García Bernal, les jeunes comédiennes jouent leurs partitions sans fausse note.

Le Parisien par La Rédaction - Avec son image ensoleillée et son beau casting, « Cet été-là » convoque immanquablement des souvenirs et des sensations de l’enfance qui s’achève.

Les Fiches du Cinéma par Antoine Corte - Une chronique initiatique et familiale touchante, qui aborde plusieurs thématiques : le passage à l’adolescence, l’impact d’une fausse couche sur un couple...

Première par Thierry Chèze - Une chronique estivale au charme fou.

Télérama par Guillemette Odicino - Le film assume un tempo et une lumière poudrée de vacances hors du temps — cet été 2019 pourrait, tout autant, se dérouler en 1989 — et sent l’océan, les secrets, et la fin de l’enfance.

L'avis du projectionniste

Une saga familiale, vue à travers l'œil d'une ado. Un film sur la vie, ses désillusions, ses joies... C'est frais, ça nous replonge dans l'enfance, et ses ambivalences. C’est bien interprété.