Mon garçon – de Christian Carion

SAMEDI 21 OCTOBRE à 20h30

Date de sortie 20 septembre 2017 (1h 24min)
De Christian Carion
Avec Guillaume Canet, Mélanie Laurent, Olivier De Benoist
Genre Thriller
Nationalité français

Synopsis
Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Passionné par son métier, Julien voyage énormément à l’étranger. Ce manque de présence a fait exploser son couple quelques années auparavant. Lors d’une escale en France, il découvre sur son répondeur un message de son ex femme en larmes : leur petit garçon de sept ans a disparu lors d’un bivouac en montagne avec sa classe. Julien se précipite à sa recherche et rien ne pourra l’arrêter.

Anecdotes

Une vieille idée
Le thriller Mon garçon représente une sorte de virage cinématographique dans la carrière de Christian Carion dont les trois précédents longs métrages sont des films historiques. Le cinéaste avait cependant commencé à réfléchir à ce projet en 2002 mais le sujet, la disparition d’un enfant, lui faisait un peu peur.

Tournage en temps réel
C’est en discutant avec Guillaume Canet que Christian Carion a pu développer le dispositif du tournage propre à Mon garçon, à savoir le fait que l’acteur principal n’ait pas accès au scénario et que le tournage se fasse en temps réel ou presque. Le cinéaste lui avait parlé de cette histoire de disparition lorsqu’ils tournaient ensemble Joyeux Noël (2005).

Retrouvailles Carion / Canet
Avec Mon garçon, son cinquième long métrage, le metteur en scène Christian Carion retrouve Guillaume Canet pour la troisième fois après Joyeux Noël et L’Affaire Farewell.

Lieux et temps
Le film a été tourné dans le Vercors en seulement six jours.

Motivation de Guillaume Canet
C’est principalement le fait de plonger dans l’aventure sans lire le scénario qui a séduit Guillaume Canet dans ce projet.

Changement de chef opérateur
Avec Mon garçon, Christian Carion a changé de style et de directeur de la photographie. Le metteur en scène a ainsi collaboré avec Eric Dumont, qui lui a été conseillé par le producteur Christophe Rossignon. Dumont vient du documentaire et avait travaillé sur La Loi du marché. C’est le côté « sur le vif » du directeur de la photographie qui a intéressé Carion.

Questions de logistique
Logistiquement, le tournage a été organisé de telle sorte à ce que Christian Carion et son équipe ne perdent pas de temps. Ainsi, des décors très proches les uns des autres ont été choisis dans un rayon de 10 kilomètres. Il y avait aussi deux caméras quand les acteurs étaient face à face puisque le réalisateur ne pouvait pas faire de champ contre-champ.

Isolement (presque) total
Pendant le tournage, Christian Carion a même choisi d’isoler Guillaume Canet des autres membres de l’équipe de peur que l’un d’entre eux ne lui parle du scénario. Ainsi, personne ne parlait à l’acteur sauf quand il y avait un problème technique.

Préparation de Canet
Au lieu de scénario, Christian Carion a envoyé à Guillaume Canet un dossier de plusieurs pages qui parlait uniquement du personnage et de sa vie jusqu’à la disparition de son fils. L’acteur savait ainsi que son personnage s’appelle Julien, qu’il est géologue à Véolia, qu’il a rencontré sa femme avec qui il a eu cet enfant quand il était étudiant à Grenoble ou encore qu’il a commencé à vouloir voyager au moment où ils ont eu leur enfant. Canet s’est donc préparé à se glisser dans la peau de Julien en regardant des documentaires sur des géologues ou sur Véolia…

Quelques critiques presse

Femme Actuelle par Amélie Cordonnier
Un thriller implacable que l’on suit sous tension. Avec Guillaume Canet, épatant.

La Voix du Nord par Philippe Lagouche
Il en est un qui crève l’écran. Guillaume Canet, méconnaissable, métamorphosé, amputé de ses tics, trucs et grimaces maniéristes, enfin autorisé à ne pas se regarder jouer. À vif, sans artifice. Qui l’eût cru ?

Public par Florence Roman
Si vous avez aimé « Prisoners », ce polar incroyable dans lequel Hugh Jackman cherche le ravisseur de sa fille, vous serez séduits !

aVoir-aLire.com par Claudine Levanneur
Si l’on salue bien volontiers la grande qualité de l’interprétation de ce cinquième long-métrage de ce fils d’agriculteurs, on se surprend à regretter l’authenticité de ses précédentes fresques rurales ou historiques.

Le Journal du Dimanche par Barbara Théate
Un thriller râpeux où le comédien, transfiguré, infuse une tension, une souffrance et une colère jamais sur-jouées.

Première par Christophe Narbonne
Une traque obsessionnelle filmée caméra à l’épaule dans une zone montagneuse dont le caractère menaçant est parfaitement exploité par Carion et son chef op’. Leur travail sur l’espace et le hors-champ culmine dans un dernier acte éprouvant pour les nerfs. Mission accomplie.

Studio Ciné Live par Laurent Dijan
C’est la noirceur perturbante que l’on retient d’un revenche movie d’autant plus recommandable qu’il s’affranchit de toute morale douteuse inhérente au genre.

Télé 7 Jours par Isabelle Magnier
Ce thriller d’une rare intensité distille ce qu’il faut de suspense et d’angoisse ! N’est-ce pas ce que l’on attend d’un bon polar ?

Voici par Lola Sciamma
Canet s’est jeté corps et âme dans ce thriller, tourné en six jours, sans lire le scénario pour tout découvrir en même temps que son personnage. Pari réussi.

Télérama par Guillemette Odicino
Canet est parfait, d’abord dans l’emploi du père désemparé, puis dans celui du justicier prêt à toutes les brutalités façon Charles Bronson.