La route sauvage (VO/st) – de Andrew Haigh

Dimanche 27 Mai à 18h00

Date de sortie 25 avril 2018 (2h 01min)

De Andrew Haigh

Avec Charlie Plummer, Chloë Sevigny, Steve Buscemi

Genre Drame

Nationalité américain

Synopsis

Charley Thompson a quinze ans et a appris à vivre seul avec un père inconstant.

Tout juste arrivé dans l’Oregon, le garçon se trouve un petit boulot chez un entraineur de chevaux et se prend d’affection pour Lean on Pete, un pur-sang en fin de carrière.

Le jour où Charley se retrouve totalement livré à lui-même, il décide de s’enfuir avec Lean on Pete, à la recherche de sa tante dont il n’a qu’un lointain souvenir.

Dans l’espoir de trouver enfin un foyer, ils entament ensemble un long voyage….

Anecdotes

Adaptation

Pour son quatrième long métrage, Andrew Haigh adapte le roman Lean on Pete (publié en français sous le titre Cheyenne en automne) de l'écrivain américain Willy Vlautin. À sa lecture, il a été séduit par la solitude du personnage principal et le potentiel cinématographique des grands espaces de l’Ouest américain : "Il y avait une simplicité dans le roman que je voulais retrouver dans le film. Le voyage de Charley n’est pas qu’un classique récit d’apprentissage qui le conduirait vers l’âge adulte. Il y a quelque chose de plus fondamental : ce qui l’entraîne est un besoin désespéré d’appartenance à un foyer, une famille - la quête d’un lieu où il se sentirait protégé."

L'auteur-réalisateur a consulté Vlautin à plusieurs reprises pour connaître son avis sur la façon dont il avait condensé l’histoire.

Road-trip

Andrew Haigh s'est rendu à Portland pour rencontrer l'auteur Willy Vlautin. Celui-ci lui a montré quelques lieux du roman, notamment le champ de course. Puis le cinéaste a décidé de suivre la route de Charley et de son cheval : il a traversé l’Oregon, l’Idaho, le Wyoming, l’Utah et le Colorado. Il s'est totalement immergé dans la culture locale en assistant à des courses de chevaux, en dormant dans des motels, en campant, ... "Ce serait ridicule de penser que j’ai pu ressentir ce que Charley éprouve au cours de son voyage, mais les trois mois de “road-trip” m’ont au moins donné une idée du monde que Willy décrit dans ses romans. Les paysages que j’ai traversés sont magnifiques, connaître le pays tout entier prendrait des années mais cette région a une identité radicalement différente de l’Europe. Et je peux même dire que l’Utah est très différent du Colorado, que Portland n’a rien à voir, socialement et politiquement, avec l’est de l’Oregon. La diversité est prodigieuse."

De Charlie à Charley

L'acteur Charlie Plummer, vu notamment dans la série Boardwalk Empire et dans Tout l'argent du monde où il incarnait John Paul Getty Jr., a vite attiré l'attention de la directrice de casting Carmen Cuba au milieu d'une centaine d'adolescents. Pour son audition avec Andrew Haigh, il avait préparé une vidéo et écrit une lettre détaillée, expliquant pourquoi il serait l’interprète idéal de Charley Thompson.

Le jeune comédien a lui-même pas mal voyagé lors de son enfance, changeant régulièrement d'école : "J’ai pu comprendre la quête de Charley d’un foyer stable. Ce qui me frappait, c’est son refus d’abandonner, quelles que soient les circonstances. Je n’ai pas vécu ce qu’il traverse mais moi aussi j’ai appris à ne jamais renoncer, même quand les choses paraissent insupportables. Cela en fait un personnage plein d’espoir."

Retrouvailles

Charlie Plummer et Steve Buscemi s'étaient déjà rencontrés sur le plateau de la série Boardwalk Empire. Ce dernier a par ailleurs donné la réplique à Chloë Sevigny dans Happy Hour en 1996, son premier film en tant que réalisateur. Enfin, Sevigny et Plummer ont partagé l'affiche de The Dinner en 2017.

Les chevaux

Pour le rôle de Lean on Pete, l'équipe a fait appel à six chevaux différents. Les dresseurs Lauren Henry et Roland Sonnenburg, ainsi que Terry Bechner, conseiller spécial pour les scènes de course, ont collaboré de près avec l’équipe avant et pendant le tournage.

Charlie Plummer est arrivé à Portland trois semaines en amont du tournage pour travailler à la fois sur son personnage et sur sa relation avec ses partenaires de 700 kilos. Il s'est particulièrement attaché à l'un des chevaux nommé Starsky.

Tournage

Le tournage de La Route sauvage s'est déroulé à Portland du 13 août au 10 septembre 2016. L'équipe s'est aussi installée vers les montagnes qui entourent le Mont Hood, à l’est, puis en plein désert dans la petite ville de Burns afin de capturer les pleines verdoyantes de l’Ouest et les grands espaces écrasés de soleil du Haut Désert de l’Oregon.

Andrew Haigh et son chef-opérateur Magnus Nordenhof Jønck ont cherché leur inspiration visuelle en revoyant beaucoup de films, de Fat City de John Huston à Paris, Texas de Wim Wenders, en passant par The Master de Paul Thomas Anderson.

Quelques critiques presse

Transfuge par Jean-Christophe Ferrari

superbe balade au pays des rêves fêlés.

aVoir-aLire.com par Gérard Crespo

Le meilleur du cinéma indépendant américain. Un récit d'apprentissage sobre, qui sort des sentiers balisés de la narration hollywoodienne.

Bande à part par Olivier Pélisson

Adapté d’un roman, le nouveau film d’Andrew Haigh brille par sa simplicité. Un regard juste sur l’adolescence esseulée et la détermination, sur fond de grands espaces ouest-américains, d’amitié avec l’animal, et de célébration des êtres en marge.

Critikat.com par Alain Zind

Le refus de pesanteur, et l'interdiction de signifier l’arrêt définitif du récit, font toute la beauté envoûtante de La Route sauvage et de l’œuvre de son cinéaste.

Culturebox - France Télévisions par Laurence Houot

Pour son adaptation au cinéma, le réalisateur britannique Andrew Haigh a choisi la sobriété. Fidèle au roman, la caméra reste constamment au plus près du personnage de Charley, magnifiquement interprété par le jeune Charlie Plummer.

Femme Actuelle par Sabrina Nadjar

Un road-movie émouvant.

La Croix par Corinne Renou-Nativel

Malgré ce découpage tranché, le film se révèle cohérent, porté magnifiquement par Charlie Plummer, récompensé du prix du meilleur espoir à la Mostra de Venise.

La Voix du Nord par Christophe Caron

Nous vous conseillons chaleureusement cette douce balade mélancolique et vaporeuse.

Le Figaro par Eric Neuhoff

Le dernier long-métrage d'Andrew Haigh est un film doux et cruel sur les laissés-pour-compte des États-Unis.

Les Inrockuptibles par Bruno Deruisseau

Au-delà de son infinie délicatesse, "La Route sauvage" est aussi le lieu d’une double résurrection ; celle du fantôme de River Phoenix en Charlie Plummer et celle d’un état révolu du cinéma de Gus Van Sant dans ce film d’Andrew Haigh.

Positif par Eithne O'Neill

Fresque d'une Amérique hors des sentiers battus, le film universalise le leitmotiv d'une souffrance qui se fraie un chemin vers le jour.

Première par Thomas Baurez

Le cinéaste britannique Andrew Haigh investit les Grands Espaces américains et filme l’errance ultra-sensible d’un jeune homme et son cheval. Un beau vertige.

Télérama par Cécile Mury

Le portrait est d’autant plus réussi que Charlie Plummer, dix-huit ans, a le charisme poignant et lumineux d’un nouveau River Phoenix.

Le Journal du Dimanche par Stéphanie Belpêche

on est touché en plein cœur par ce destin malmené, animé par une farouche volonté de s’en sortir.

Le Parisien par Catherine Balle

Le film brosse un portrait très sensible d’un ado qui oscille entre espoir et désespoir, douceur et violence.

Le Monde par Murielle Joudet

Le charme de La Route sauvage doit beaucoup à son acteur principal, Charlie Plummer, 18 ans, aux airs de jeune Leonardo DiCaprio.

Le Nouvel Observateur par François Forestier

Andrew Haigh filme les paysages de l'Oregon avec talent, et a le bon sens de donner un rôle de vieux bougon à Steve Buscemi.

Quelques critiques presse

Une merveille de délicatesse , de beauté , d’intelligence. Le jeune garçon est génial et extrêmement touchant et attachant . Un film sur l’univers des courses de chevaux, sur la souffrance de la solitude. Une ballade magnifique a découvrir absolument .Vous ne serez pas déçu.