NOS PATRIOTES – de Gabriel Le Bomin

DIMANCHE 23 JUILLET à 18h00
Date de sortie 14 juin 2017 (1h 47min)
De Gabriel Le Bomin
Avec Marc Zinga, Alexandra Lamy, Pierre Deladonchamps
Genre Historique
Nationalité français

Synopsis
Après la défaite française de l’été 1940, Addi Ba, un jeune tirailleur sénégalais s’évade et se cache dans les Vosges. Aidé par certains villageois, il obtient des faux papiers qui lui permettent de vivre au grand jour. Repéré par ceux qui cherchent à agir contre l’occupant et qui ne se nomment pas encore « résistants », il participe à la fondation du premier « maquis » de la région.

Anecdotes

Passion Histoire
Le réalisateur de Nos Patriotes, Gabriel Le Bomin, est un passionné d’Histoire ; il n’en est pas à sa première exploration du thème de la guerre. On lui doit déjà L’occupant, un court-métrage autour d’une famille de maquisards ou Les Fragments d’Antonin, drame se passant en 1919 et traitant des chocs traumatiques engendrés par la 1ère guerre mondiale.

Libre adaptation
Nos Patriotes est librement adapté du roman Le Terroriste noir de Tierno Monénembo.

Louane résistante
Nos Patriotes est le nouveau rôle au cinéma pour la comédienne/chanteuse césarisée Louane Emera après le triomphe de La Famille Bélier en 2014. L’artiste a dû changer de look pour se glisser dans la peau de son personnage, délaissant sa chevelure blonde pour un châtain foncé.

De James Bond aux Patriotes
Le comédien qui incarne le tirailleur déserteur Addi Ba, Marc Zinga, a donné la réplique à Daniel Craig dans 007 Spectre. Il a également campé Seyolo Zantoko, père du célèbre Kamini Zantoko, dans Bienvenue à Marly-Gomont.

Tournage montagneux
Nos Patriotes a été tourné dans les Vosges, notamment dans le fort vosgien d’Uxegney, au printemps 2016.

Quelques critiques presse

Ouest France par François Rieux
Un récit romanesque crédible et passionnant.

20 Minutes par Caroline Vié
« Nos Patriotes » contribue largement à ce travail de mémoire.

Femme Actuelle par Amélie Cordonnier
Un drame historique poignant, avec le retour au cinéma de Louane.

Le Figaro par Marie-Noëlle Tranchant
Ni victime ni héros parfait, mais un homme passionnant par sa singularité.

Les Echos par Thierry Gandillot
Gabriel Le Bomin (à qui l’on doit « Les fragments d’Antonin », situé pendant la guerre de 14-18), dresse avec intelligence et sensibilité le portrait de ce résistant de la première heure qui a payé de sa vie son amour de la France.

Public par Florence Roman
Le film conjugue brillamment suspense et reconstitution historique.

La Voix du Nord par Philippe Lagouche
Fermons les yeux sur les joliesses d’une photo clinquante et les erreurs de casting et sachons reconnaître que Nos patriotes est une œuvre éminemment honorable qui rend hommage à un martyr du maquis à qui la République daigna remettre la médaille de la Résistance en 2003.

Le Nouvel Observateur par Jérôme Garcin
Le film loyal et vertueux de Le Bomin (« les Fragments d’Antonin ») rend enfin justice à Addi Bâ, retrace son exemplaire vie brève, exalte la bravoure de ce jeune patriote obstiné et réservé, charismatique et modeste, auquel l’interprétation sobre de Marc Zinga apporte un supplément d’émotion.

Les Fiches du Cinéma par Amélie Leray
En évoquant un aspect méconnu de la Résistance, “Nos patriotes” pouvait se démarquer de nombreux films historiques. Mais l’interprétation est si peu consistante que le film, dénué d’émotion, en devient une simple et honnête documentation sur Addi Bâ.

Sud Ouest par Sophie Avon
Alexandra Lamy joue les institutrices énergiques, Louane Emera, les jeunes filles obstinées, et Pierre Delalonchamps les préfets utiles. Les relations se nouent un peu vite entre eux, tout est expédié à la va comme je te pousse mais l’histoire se suffit à elle-même : voyez ce beau soldat qui se dresse pour la France.

Télé 2 semaines par Thomas Colpaert
Un peu sage dans sa première partie, malgré un contexte dramatique, le film finit par trouver suffisamment de profondeur pour interpeller le spectateur, notamment lorsqu’il évoque la dureté de la vie des résistants, isolés dans la montagne, ou les déchirements moraux des maquisards.

Voici par Lola Sciamma
Après « Indigènes », un autre film nécessaire, militant pour la reconnaissance du rôle des soldats africains pendant le Seconde Guerre mondiale.

aVoir-aLire.com par Claudine Levanneur
S’il manque de panache, ce film a le bel avantage de réhabiliter la mémoire d’un homme qui a sacrifié sa vie pour un pays qui aura mis 60 ans à lui rendre hommage.

Le Dauphiné Libéré par Jean Serroy
Une réalisation appliquée et assez stéréotypée, qui n’occulte pas la force du sujet, en tirant de l’oubli les combattants africains, dans un décor de grisaille qui donne à voir la ligne noire des Vosges.

Le Monde par Jacques Mandelbaum
Le film évoque l’incroyable courage, le stoïcisme face au racisme qui n’épargnait pas les rangs de la Résistance, mais aussi le pouvoir de séduction de ce héros noir de 26 ans tombé pour la France. Il le fait honnêtement.