Photo de famille – de Cécilia Rouaud

Mardi 09 Octobre à 20h30

Date de sortie 5 septembre 2018 (1h 38min)

De Cecilia Rouaud

Avec Vanessa Paradis, Camille Cottin, Pierre Deladonchamps

Genre Comédie dramatique

Nationalité français

Synopsis

Gabrielle, Elsa et Mao sont frères et sœurs, mais ne se côtoient pas. Surtout pas.

La première est « statue » pour touristes, au grand dam de son fils ado. Elsa, elle, est en colère contre la terre entière et désespère de tomber enceinte. Et Mao, game designer de génie chroniquement dépressif, noie sa mélancolie dans l’alcool et la psychanalyse.

Quant à leurs parents, Pierre et Claudine, séparés de longue date, ils n’ont jamais rien fait pour resserrer les liens de la famille.

Pourtant, au moment de l’enterrement du grand-père, ils vont devoir se réunir, et répondre, ensemble, à la question qui fâche : « Que faire de Mamie ? »

Anecdotes

Thématique de la famille

Six ans après Je me suis fait tout petit, son premier long métrage, Cecilia Rouaud aborde à nouveau le thème de la famille. La réalisatrice explique : "La famille est un sujet qui m’intéresse beaucoup, j’ai eu envie de m’y immerger une nouvelle fois. J’ai le sentiment que nous sommes tous durablement marqués par notre histoire familiale ; elle est plus ou moins simple, plus ou moins compliquée, mais toujours étroitement liée à ce que nous sommes et aux choix que nous faisons. J’ai l’impression qu’on finit tous par y revenir, et qu’on ne s’en sort pratiquement jamais. J’avais envie réaliser un film qui raconterait comment, potentiellement, on pourrait s’en sortir…"

Scènes d'enterrement

Photo de famille démarre et s’achève sur une scène d’enterrement, la première symbolisant l’éclatement de la famille, la seconde sa réconciliation, comme si chacun des membres s’était subtilement déplacé de son petit cercle. "Le film est construit comme ça. A partir d’un élément déclencheur- cette vieille dame qui veut aller mourir dans son village-, chaque personnage va enclencher chez lui et chez les autres un processus qui va leur permettre à tous de se réparer. Mais cela vient de mille endroits et de mille façons", confie Cecilia Rouaud.

Rire d'un sujet grave

Déjà, dans Je me suis fait tout petit, Cecilia Rouaud avait choisi la comédie pour traiter un sujet grave. La cinéaste raconte : "C’est ma façon de communiquer dans la vie. Et ça correspond au cinéma que j’aime. Je suis totalement fan des premiers films de Woody Allen qui est selon moi le summum du « rire avec tout ». J’adore les films de Pierre Salvadori, ceux de Noah Baumbach et Sam Mendes, tout ce cinéma américain indépendant qui sait si bien filmer l’entre deux – le malaise et le rire, la joie et le chagrin, le drôle et le tendre. Avec « Photo de famille », il s’agissait toujours d’être « sur la ligne »."

Retrouvailles

Avec Photo de famille, Cecilia Rouaud retrouve Vanessa Paradis qu'elle avait déjà dirigée dans Je me suis fait tout petit. La réalisatrice a écrit le personnage de Gabrielle, la grande soeur qui répare les choses en permanence, pour la comédienne. "J’imagine qu’elle a passé son enfance à faire en sorte que tout se passe bien et que tout le monde s’entende ; calmer les colères de sa soeur Elsa, apaiser les angoisses un peu morbides de son frère Mao… Elle s’efface, elle essaie d’exister et de demander le moins possible. Et si les autres ne lui donnent rien, c’est parce qu’ils ne l’entendent pas. Dans le film, sa trajectoire consiste à se reconnecter avec elle-même – retrouver son désir de femme à travers cette pulsion physique qu’elle éprouve au contact d’un homme plus jeune qu’elle, et qui n’est autre qu’une pulsion de vie", précise Rouaud.

Une femme-statue

Dans Photo de famille, le personnage de Vanessa Paradis fait la femme-statue le long des rives de la Seine à Paris. Cecilia Rouaud explique comment lui est venue cette idée : "Cela m’amusait que le personnage prenne au pied de la lettre la promesse qu’elle s’est faite de ne pas bouger pour que son fils puisse toujours savoir où elle est - les mères seules tiennent particulièrement à sécuriser leurs enfants ; elle, elle va jusqu’au bout, jusqu’à l’absurde. Une de mes amies qui pratique ce type de spectacle vivant m’en a parlé comme d’un don qu’elle fait aux passants et cela m’a confortée dans mon envie de travailler là-dessus. Et puis cela s’accordait au langage corporel de Vanessa, toujours très posée, très gracieuse."

Collaboration avec le directeur photo

Alexis Kavyrchine a signé la photographie de Photo de famille. En découpant le film, Cecilia Rouaud a appris avec lui à chercher le coeur de chaque scène et à trouver la manière adéquate de les filmer. La réalisatrice se rappelle : "Nous sommes arrivés au tournage très préparés ce qui nous a donné énormément de liberté. Nous avons beaucoup tourné caméra à l’épaule parce que je voulais que les comédiens jouent tout le temps. Cela participe au niveau de jeu. Personne ne lâchait rien. Alexis travaille vite, éclaire vite, il peut travailler une journée à l’épaule ce qui me donnait, là encore, une grande liberté et qui m’a fait, je crois, beaucoup progresser, par rapport à mon premier film. J’ai appris à utiliser la vraie matière, les vrais gens, l’émotion du moment ; plus seulement à chercher à recréer ce que j’avais fantasmé. Il fait aussi une lumière que j’adore parce qu’elle magnifie subtilement le réel."

Quelques critiques presse

Closer par La Rédaction

Un trio d'acteurs excellents.

Femme Actuelle par Amélie Cordonnier

Une comédie chorale d'une belle justesse, légère et grave, sur le deuil et la famille.

Bande à part par Isabelle Danel

Après "Je me suis fait tout petit", le deuxième long-métrage de Cécilia Rouaud mélange tragédie et comédie pour ce portrait craché d’un grand foutoir familial. On rit, on s’émeut, et les acteurs nous régalent.

Dernières Nouvelles d'Alsace par La Rédaction

Les bras chargés de toutes ces questions, Cécilia Rouaud pourrait s’encombrer. Mais non, il y a tant de délicatesse et tendresse à regarder cette famille et elle est si formidablement semblable aux nôtres que l’on se sent bien avec elle.

Direct Matin par La rédaction

Des personnages complexes, aux comportements souvent maladroits, mais qui restent terriblement attachants, sous l’œil bienveillant et compréhensif de la caméra.

La Voix du Nord par Christophe Caron

Un joli portrait choral.

Le Journal du Dimanche par Stéphane Joby

Cécilia Rouaud tricote une chronique familiale drôle, tendre et émouvante autour de personnages iconoclastes, croqués avec suffisamment de ­justesse pour qu'ils résonnent dans l'histoire personnelle de chaque spectateur.

Le Parisien par La Rédaction

Servis par un casting parfait (Bacri et Lauby, notamment, sont formidables en ex-époux), les personnages se révèlent hyper attachants avec leurs fragilités ou leurs névroses. Et certaines scènes et dialogues sont géniaux d’humour, de tendresse et de fantaisie.

L'Express par Antoine Le Fur

"Photo de famille" est un joli moment de cinéma qui n'oublie pas d'être drôle et parfois piquant.

Marianne par Nedjma Vanegmond

Une mélancolie douce, une tendresse, une émotion toujours sur le fil. Et Cécilia Rouaud, après Je me suis fait tout petit (qui mettait déjà en scène Vanessa Paradis) dessine par petites touches, délicates, sa photo de famille. Singulière, imparfaite, oui. Mais la photo est belle.

Voici par A. V.

Si l'émotion est parfois un peu trop soulignée, le film est bien écrit, drôle et bourré de tendresse.

aVoir-aLire.com par Frédéric Mignard

Magnifique fratrie jouée par des acteurs que l’on aime et qui offre tout ce que l’on attend d’eux. L’aspect choral reste toutefois le point faible, introduisant une dose d’artificialité dans le procédé narratif, quand l’ensemble des acteurs sont pour leur part au plus près de leur nature.

Culturebox - France Télévisions par Jacky Bornet

Le cocktail est assez savoureux, les rôles semblant écrits pour leurs interprètes, qu’ils endossent à ravir. "Photo de famille" garde le cap grâce à sa palette de personnages colorés bien incarnés et une relance constante qui évite les clichés.

La Croix par La Rédaction

Un film drôle et touchant qui explore avec une grande justesse la complexité des liens familiaux.

Le Figaro par La Rédaction

La réalisatrice dessine avec justesse et tendresse les personnalités de chacun des membres.

Le Nouvel Observateur par Jérôme Garcin

La satire (souvent très drôle) sur l'incommunicabilité familiale se teinte alors, dans des couleurs passées de Polaroid, d'une touchante mélancolie.

Les Fiches du Cinéma par Chloé Rolland

Ce deuxième film de Cécilia Rouaud bénéficie d’un casting solide, et la sincérité de l’histoire - bienveillante pour chacun des personnages - assume un premier degré qui se révèle assez émouvant.

Ouest France par Thierry Chèze

Le film se déguste, non sans déplaisir, grâce à ses interprètes.

Paris Match par Karelle Fitoussi

Mené tambour battant par un casting étincelant, "Photo de famille" est une comédie tendre et enlevée, qui, sur un sujet somme toute conventionnel (les petits arrangements et grands agacements des familles désunies) se révèle tout à tour vraiment drôle (Jean-Pierre Bacri, à son meilleur) ou poignant.

Positif par Olivier De Bruyn

Moins convaincante que dans son premier essai, Cécilia Rouaud n'échappe pas toujours à la caricature. Le film, par intermittence, confirme néanmoins l'originalité de la cinéaste, son sens des dialogues et ses talents dans la direction d'acteurs.

Première par Thierry Chèze

Rouaud oscille ici humour gentiment vachard et tendresse jamais mièvre en s’appuyant sur une épatante bande de comédiens, d’où émergent un Bacri une fois encore irrésistible, Chantal Lauby savoureuse en ex jamais avare d’un tacle bien placé et Vanessa Paradis lumineuse en fille un peu perchée. Voilà pourquoi malgré un ventre mou au cœur de son récit, cette Photo de famille jamais tire-larmes séduit.

Télé Loisirs par S.F.

Malgré des personnages un peu stéréotypés, cette comédie douce-amère offre un point de vue léger sur des thèmes délicats comme la dépression, l'amour filial, la maternité, et le deuil qui présente parfois des vertus salvatrices.

L'avis du projectionniste

c'est un film qui parlera à chacun, de près ou de loin. Beau, dramatique et très émouvant, il dresse ici le portrait d'une famille décomposée et éparpillée, se réunissant malgré eux suite à l'enterrement de leur grand-père. La grand-mère reste le thème central de la continuité de leurs échanges. On y découvre chaque personnage avec ses failles, son rythme de vie mais aussi de belles qualités de cœurs. Un film bien joué entre rires triste et larmes joyeuses.