Les sentinelles – de Pierre Pezerat

VENDREDI 15 DECEMBRE à 20h30

Date de sortie 8 novembre 2017 (1h 31min)
De Pierre Pezerat
Genre Documentaire
Nationalité français

Synopsis
Josette Roudaire et Jean-Marie Birbès étaient ouvriers, en contact avec l’amiante. Paul François, agriculteur, a été intoxiqué par un pesticide de Monsanto, le Lasso. Henri Pézerat, chercheur au CNRS, a marqué leurs vies en les aidant à se battre pour que ces crimes industriels ne restent pas impunis… La justice s’est-elle prononcée pour les responsables du grand mensonge de l’amiante ? Que fera-t-elle pour ceux de la catastrophe annoncée des pesticides ?

Anecdotes

Note d'intention du réalisateur
"C'est une histoire humaine, avec le regard d’un fils sur son père. D'une certaine façon, c'est pour moi l'occasion de partager avec lui, a posteriori, un sentiment que je n'avais pas analysé jusqu'ici, qui est un profond respect pour le milieu ouvrier. Ce n'est pas un reportage, il ne se veut pas objectif. Le point de vue des industriels ne m'intéresse pas, la langue officielle, très peu pour moi, seul celui de l'avocat de Monsanto, caricatural, est évoqué."
Pierre Pézerat
Après une longue carrière à TF1 en tant que technicien sur les plateaux et les régies, puis comme responsable technique pour le journal de TF1, Pierre Pézerat décide au lendemain de sa retraite de réaliser le tournage du film Les Sentinelles. Il part à la rencontre des victimes de l’amiante et des pesticides et livre un film bouleversant et émouvant sur ces personnages qui sont devenus, malgré eux, « des sentinelles du milieu environnemental ».
Donner la parole à ceux que l'on entend jamais
Ce qui intéresse Pierre Pezerat, ce sont ces "hommes et ces femmes qu'on n'entend jamais nulle part, qui du haut de leur commune absence du moindre diplôme, nous délivrent quelques messages où l'intelligence, en plus du sentiment de révolte, s'est invitée au premier rang". Le metteur en scène poursuit : "Ce qui, à l'heure où certains écoutent avec intérêt les discours simplistes basés sur la haine de l'autre, est un contre-point réconfortant. D'autre part, face au rouleau compresseur de la pensée, qu'est le dogme de la consommation-croissance, ils réaffirment des principes fondamentaux de la vie en société. Rien ne justifie qu'on mette la vie d'autrui en danger, et surtout pas les bénéfices financiers. Jouer sur la peur de faire perdre son emploi à quelqu'un, le forcer à accepter ainsi des conditions de travail qui détruisent sa santé et même sa fierté d'être humain, est quelque chose de criminel, n'en déplaise aux tenants de la dérégulation économique. Et ce sont les sentinelles qui le disent."

Quelques critiques presse

Les Fiches du Cinéma par Gilles Tourman
Victimes de l’amiante ou de pesticides Monsanto et Bayer, elles ont créé des associations et porté plainte grâce au chercheur Henri Pézerat. Un documentaire essentiel et éclairant.
Libération par Aude Massiot
Dans cet émouvant documentaire, le réalisateur tend son micro aux victimes oubliées de l'amiante.
aVoir-aLire.com par Frédéric Mignard
Si l’aspect cinématographique n’est jamais travaillé et ne mérite donc aucun éloge, puisque le documentaire s’apparente à un reportage télévisé dans la forme, le film se justifie largement dans sa démarche citoyenne, combative, le choix scrupuleux de ses témoignages, et surtout la pertinence de sa lutte, universelle au-delà de la thématique française.
Le Journal du Dimanche par A.-L.B.
Une ronde bouleversante de témoignages et d'images crève-coeurs.
Le Nouvel Observateur par François Forestier
Tous parlent, racontent leurs luttes contre Monsanto ou le lobby de l'amiante, et c'est tout le lot de destins brisés qui est recueilli par la caméra : toxicologues, journalistes, membres de la coopérative Nutréa-Triskalia témoignent. Question : la consommation, le confort doivent-ils nécessairement être payés par un désastre écologique ?
Première par Maxime Kasparian
Le réalisateur défend la santé au travail via un documentaire à la fois informatif et essentiel sur ces ouvriers qui veulent obtenir justice.
Studio Ciné Live par Véronique Trouillet
Pierre Pezerat assume la partialité de son documentaire-hommage aux lanceurs d'alertes et victimes des scandales sanitaires. Celui-ci reste, malgré quelques victoires, empreint d'un sentiment de révolte et d'impuissance car le mal est fait et irréversible.
Télérama par Jérémie Couston
Un documentaire utile et humain, qui prend ouvertement le parti des victimes.
Le Monde par Jacques Mandelbaum
Le film est généreux et édifiant.

L'avis du projectionniste

Très bon documentaire , Pierre Pezerat réalise un film émouvant ! Il questionne le passé et le présent pour nous interpeller.