Heureux gagnants – de Maxime Govare, Romain Choay

Samedi 13 Avril à 14h30 et 20h30

1h 43min | Comédie De Maxime Govare, Romain Choay

Avec Audrey Lamy, Fabrice Eboué, Anouk Grinberg

Synopsis
1 chance sur 19 millions. Plus de probabilité d’être frappé par une météorite que de gagner au loto. Pour nos heureux gagnants, le rêve va rapidement se transformer en cauchemar, et leur vie va voler en éclat dans un spectaculaire feu d’artifices de comédie noire et de sensations fortes.

Anecdotes

Naissance du projet
Avec Heureux gagnants, Maxime Govare et Romain Choay voulaient raconter ce qui peut totalement chambouler la nature humaine et tous ses systèmes de valeur : "L'argent tombé du ciel grâce à un jeu de hasard comme le loto, s’y prêtait parfaitement. Il était question d’histoires extraordinaires arrivant à des gens ordinaires. Gagner au loto c’est comme un accélérateur de particules. Votre vie bascule du jour au lendemain."

Cadeau empoisonné
Maxime Govare et Romain Choay ont voulu montrer à quel point gagner au loto peut devenir un cauchemar. Ainsi, dans la réalité, 50% des gens qui remporte le gros lot sont ruinés dans les quatre ans. Les réalisateurs précisent : "C’est trop d’argent d’un coup pour des gens pas forcément prêts à cela, ça attire trop de convoitises. Et puis nous avons l’exemple d’un comédien que nous connaissons dont la femme a joué au Loto avec deux amies proches."
"Elles avaient acheté trois bulletins différents mais elle était la seule à avoir les bons numéros et ses deux copines ont voulu qu’elle partage en trois, ce qui était aberrant. Le même jour elle a donc gagné 1,5 million et perdu ses meilleures amies. Nous voulions faire un fi lm qui soit ludique et fun pour les spectateurs placés au centre des situations, réaliser un rollercoaster d’émotions qui joue avec nos sentiments de manière parfois un peu féroce et ironique."
"Il y a des choses qu’on a entendues, d’autres que nous avons extrapolées. Mais rien n’est vraiment basé sur une histoire vraie. Tout est inventé."
Références prestigieuses
Côté références, Maxime Govare et Romain Choay citent Les Nouveaux Sauvages de Damián Szifrón, Very Bad Things de Peter Berg et Barbaque de Fabrice Eboué : "Je citerais également, sans prétention aucune, Pulp Fiction de Tarantino dans la manière qu’il a de raconter plusieurs histoires liées par un même thème. On a pu aussi être inspirés par certains aspects de l’œuvre de Claude Chabrol. L’idée était de proposer un genre par histoire : action, comédie romantique ou un peu plus cynique…", confie le second.

Qui pour Paul ?
Maxime Govare et Romain Choay expliquent pourquoi ils ont choisi Fabrice Éboué pour incarner Paul : "Fabrice cochait deux cases, celle de l’humour noir évidemment, mais aussi le fait qu’il représente tellement le Français moyen à travers ses rôles, un peu touchant de lâcheté, un peu looser magnifique. C’est notre Marianne au masculin et il dégage de plus en plus d’humanité. Le scénario l’a beaucoup fait rire. Et nous-même avions beaucoup ri en allant voir « Barbaque » alors que nous étions en pleine écriture du film."
Ils ajoutent au sujet d'Audrey Lamy : "Il y des comédiennes de drame et des comédiennes de comédie. Audrey excelle tout simplement dans les deux genres. Agréable et spontanée, elle incarne quelque chose de très populaire, au sens noble du terme, proche des gens."

Mauvaise nouvelle pour Pauline Clément
Pauline Clément, pensionnaire de la Comédie-Française, incarne Julie, qui rencontre le très beau et très arnaqueur Thomas le jour où elle touche le gros lot de 10 millions : "Elle est amoureuse de l’amour : l’argent, elle s’en fout. Nous avions comme référence « Il Était Temps » de Richard Curtis dans lequel le héros, à travers ses voyages spatiaux- temporels, va trouver la femme de sa vie. Julie est en quête elle aussi de cet amour, et forcément terrorisée qu’on l’aime pour son argent."
"Gagner au Loto est presque une mauvaise nouvelle pour elle, un fardeau. Pauline est géniale dans ce rôle parce qu’on dirait « Alice Au Pays Des Merveilles ». Elle joue avec sa propre musique", note Maxime Govare.

Retrouvailles
Audrey Lamy et Fabrice Eboué avaient déjà joué ensemble dans Coexister, réalisé par ce dernier en 2017.

Dynamique de groupe
Heureux gagnants comporte aussi l’histoire de l’Ehpad dans laquelle le personnel vole le billet gagnant de 60 millions à Henri, un vieil homme qui vient de mourir en apprenant qu’il a gagné, et se partage les gains. "Le côté amoral dans la dynamique de groupe nous intéressait, tout comme le fait d’avoir un personnage presque trop bon au départ nous intéressait aussi. Sandra, incarnée par Anouk Grinberg, a une forme de radicalité positive qui se transforme en négatif."
"Cette force de conviction prend alors des chemins très différents. Romain : La notion de dynamique de groupe est aussi le reflet d’une réalité. Il y a parfois des casernes de pompiers ou des commissariats qui gagnent ensemble et cela crée des histoires intéressantes qui ne finissent pas toujours bien. Sandra l’infirmière est un personnage si altruiste. Que fait cet ange avec beaucoup d’argent, devient-elle diabolique ?", expliquent les metteurs en scène.

Quelques critiques presse

20 Minutes par Caroline Vié - Les histoires sont culottées, et l’image a été soignée ce qui n’est pas si courant dans ce genre où on se fiche très souvent que les actrices ne soient pas montrées de façon flatteuse.

Closer par J.B. - Une expérience interactive, drôle et féroce.

Dernières Nouvelles d'Alsace par Thibault Liessi - Si chaque sketch offre une variante du genre de la comédie, tous sont teintés d’un humour noir suffisamment grotesque pour provoquer le rire, mais jamais humiliant malgré le ridicule des situations.

LCI par Rania Hoballah - Un film à sketch diaboliquement efficace

Le Dauphiné Libéré par Thibault Liessi - Des sujets potentiellement casse-gueule, mais qui tiennent la route grâce à une justesse des dialogues et une cohérence dans les personnages, y compris quand ceux-ci pètent les plombs après avoir touché la cagnotte.

Le Figaro par Valérie Beck - Cette comédie noire bien corsée et servie par une belle distribution pourrait changer notre regard sur le Loto.

Le Parisien par Catherine Balle - Cynique, délicieusement noire, cette comédie enchaîne les situations délirantes avec gourmandise. Dans une distribution savoureuse (Fabrice Éboué, Audrey Lamy, Pauline Clément…), Anouk Grinberg brille par son génie comique.

Les Fiches du Cinéma par Antoine Corte - La comédie noire, très réussie, met en lumière, avec un cynisme piquant, toute la cruauté de l’humain lorsqu’il s’agit d’argent.

Public par Sarah Lévy-Laithier - Cette comédie noire réussit le pari fou de nous faire passer l'envie de remporter le grand tirage du vendredi 13.

Télé Loisirs par Thomas Colpaert - Original, osé et réussi !

aVoir-aLire.com par Laurent Cambon - Contre toute attente, Heureux gagnants qui s’affichait comme un film à sketchs sans doute un peu grossier, offre un spectacle aussi irrésistible que grinçant. Comme quoi l’argent ne fait pas toujours le bonheur.

Le Journal du Dimanche par Baptiste Thion - La suite est inégale, comme c'est souvent le cas dans ce type d'exercice, mais on ne boude pas son plaisir face aux drôles de mésaventures de ces poissards bien incarnés.

Le Monde par V. Cau. - Le scénario trace droit, la mise en scène suit, au même titre que les acteurs. Ainsi soustraits aux effets démonstratifs, ces derniers n’en sont évidemment que plus convaincants.

Paris Match par Fabrice Leclerc - Écriture ­violente et vacharde, ­parfois à la limite du respectable, galerie d’acteurs extra (Pauline Clément, Sami ­Outalbali), voilà un savoureux jeu de massacre maquillé en gentil divertissement.

Télé 7 Jours par Julien Barcilon - Joliment servies et rondement menées, ces quatre pastilles euphorisantes redorent le blason d’un genre un peu daté, qui s’avère ici hautement réjouissant.

L'avis du projectionniste

Comédie originale, en trois sketchs qui nous emmènent là où on ne s'y attend pas.
Humour noir sur l'argent, les rapports humains, la confiance, les croyances, le doute..