Le deuxième acte – de Quentin Dupieux

Dimanche 16 Juin à 15h

1h20min | Comédie de Quentin Dupieux

Avec Léa Seydoux, Louis Garrel, Vincent Lindon

Synopsis
Ce film a fait l'ouverture du 77e Festival de Cannes
Florence veut présenter David, l’homme dont elle est follement amoureuse, à son père Guillaume. Mais David n’est pas attiré par Florence et souhaite s’en débarrasser en la jetant dans les bras de son ami Willy. Les quatre personnages se retrouvent dans un restaurant au milieu de nulle part.

Quelques critiques presse

Les Fiches du Cinéma par Thomas Fouet - Sous couvert d’une satire du monde du cinéma, un Dupieux souvent très drôle, parfois vertigineux, et comme toujours teinté d’inquiétude.

Télé 2 semaines par Margot Loisel - Roi des concepts non dénués de fond, Quentin Dupieux livre avec Le Deuxième Acte un absolu de cinéma dont il est difficile de parler sans en dévoiler les surprises. Il y suit Vincent Lindon, Léa Seydoux, Louis Garrel et Raphaël Quenard qui jouent des versions d'eux-mêmes et questionnent le pouvoir du cinéma sur le réel.

Télé Loisirs par Margot Loisel - Vincent Lindon, Léa Seydoux, Louis Garrel et Raphaël Quenard qui jouent des versions d'eux-mêmes et questionnent le pouvoir du cinéma sur le réel. Doit-il en être le reflet ou, au contraire, y rester imperméable ? C'est théorique peut-être, mais jamais barbant et toujours passionnant.

Cahiers du Cinéma par Elie Raufaste - Dans ce moment de remise en question d’un système et des abus de pouvoir qu’il autorise, Dupieux n’opte pas pour les professionnels et leur petit théâtre de masques (...). Il se range, une nouvelle fois et un peu trop commodément, du côté de cette figure de raté génial synthétisant comme lui tous les corps de métiers – du figurant au chef décorateur en passant par le monteur, capable d’étirer le temps, de le suspendre d’un geste tremblant et fragile comme un rêve de débutant.

CinemaTeaser par Renan Cros - Le nouveau Dupieux emprisonne la crème du cinéma d’auteur français dans un drôle de film en forme de palais des miroirs. Méchant, déroutant et mélancolique à souhait.

Elle par Françoise Delbecq - Un film dans le film avec ses coulisses de tournage façon La Nuit américaine, dans lequel le réalisateur pointe du doigt avec humour les problèmes que traverse le 7ᵉ art : la désaffection des salles, l'arrivée de l'intelligence artificielle, l'ego surdimensionné des stars, la puissance de certains acteurs même en période post #MeToo, l'entre-soi, le rêve de Hollywood...

Franceinfo Culture par Jacky Bornet - Comme il aime le faire – et y parvient bien souvent – Quentin Dupieux nous emmène sur des rives jusqu'au milieu du quai pour finalement nous emmener ailleurs, sans jamais pour autant nous lâcher.

GQ par Adam Sanchez - Le Deuxième Acte marque le retour de Quentin Dupieux à un cinéma drôle, insolent et labyrinthique.

L'Humanité par Cyprien Caddeo - Une succulente autopsie du cinéma où des acteurs se rebiffent contre un scénario qu’ils jugent médiocre.

L'Obs par Nicolas Schaller - Les dialogues sont aux petits oignons, les comédiens au diapason, la patte Dupieux – restoroute, extérieurs sans vie et vintage beigeasses – est intacte et le film, métaboulevardier, aussi malin qu’un gant de crin qui, retourné, se fait de velours.

LCI par Jérôme Vermelin - Une géniale comédie sur les coulisses d'un tournage où la réalité joue au chat et à la souris avec la fiction.

La Croix par Céline Rouden - La dernière comédie de Quentin Dupieux, réalisateur prolifique, nous plonge avec délice dans le vertige existentiel du métier d’acteur, à travers une mise en abyme virtuose et drôlissime.

La Voix du Nord par Christophe Caron - Cynique et roublard ? Bien sûr ! Mais sans aucune leçon. Les uns piocheront la réplique qui fait mouche tandis que les autres exulteront devant la manière dont le récit retourne cette même réplique comme une crêpe.

Le Figaro par Eric Neuhoff - Dupieux détourne les clichés, balance des coups de pied dans la bien-pensance. Il est doué. Il est malin. Naturel et bouffonnerie lui tiennent lieu de style.

Le Journal du Dimanche par Baptiste Thion - Bavard, il l’est, c’est certain. Il est aussi malin, pertinent et gentiment impertinent, drôlissime avant tout : là réside sa principale qualité.

Le Parisien par Catherine Balle - "Tu te rends compte de l’image qu’on est en train de donner de nous ? interroge David-Louis Garrel. Déjà que les salles sont à moitié vides… Les gens vont nous détester !" Voir ces acteurs-là faire semblant de s’écharper avec conviction et une formidable autodérision se révèle totalement jouissif.

Le Point par Philippe Guedj et Jean-Luc Wachthausen - Dans le registre du cinéma miroir : Vincent Lindon, Louis Garrel, Léa Seydoux et Raphaël Quenard sont, eux-mêmes, excellents, cash, servis par un scénario et des dialogues au cordeau.

Les Echos par Olivier De Bruyn - Le réalisateur français infatigable met en scène quatre acteurs égarés sur le tournage d'une fiction abracadabrante. Une réussite.

Les Inrockuptibles par Jean-Marc Lalanne - Le film joue avec le feu, teste des limites, puis se dérobe en virevoltant. Mais son aspect le plus interpellant demeure la justesse de son timing.

Marianne par Olivier De Bruyn - La réalité et la fiction dansent un pogo frénétique dans ce film irrévérencieux sur le petit monde du cinéma qui, jusqu’à son terme, se distingue grâce à son mauvais esprit et à son humour intrépide.

Paris Match par Yannick Vely - Le Deuxième acte est en tout cas l’un de ses meilleurs films, à la forme extrêmement élaborée, entre la direction d’acteur millimétrée et ce long travelling qui pourrait bien entrer dans le livre des records.

Sud Ouest par Cédric Coppola - Dans la veine inventive de ses aînés, cette nouvelle comédie surprenante délaisse rapidement sa prétendue intrigue pour s’imposer comme une mise en abyme aussi drôle que brillante du monde...

Télérama par Jacques Morice - Quatre acteurs en tournage en rase campagne, un restoroute et des échanges drôles-amers... Quentin Dupieux maîtrise l’art de la mise en abyme, ici au service d’une satire percutante.

Le Monde par Mathieu Macheret - Le rire mi-potache mi-grinçant gratte la surface étrangement plane des choses pour en révéler la violence tapie. Le Deuxième Acte fait alors mouche lorsque la satire, sans crier gare, prend des airs de cauchemar éveillé.

Ouest France par Pascale Vergereau - Les dialogues et situations sont souvent hilarants. On peut déplorer deux ou trois longueurs sur la fin de ce qui s’apparente un peu à un film à sketchs, mais ce qui est sûr, c’est que l’intelligence de Dupieux n’a rien d’artificielle.

Télé 7 Jours par L. Djian - Quentin Dupieux brouille ici la frontière entre le jeu et la réalité. Il s'amuse avec le spectateur, qui devient le témoin du regard, ludique et effroyablement lucide, qu'il porte sur l'évolution de la société, sur les rapports homme-femme à l'ère du #MeToo, sur les dangers de l'intelligence artificielle, y compris dans la culture.

aVoir-aLire.com par Gérard Crespo - L’un des films les plus drôles et subtils de Quentin Dupieux, sarcastique mise en abyme sur les milieux du cinéma.