Matria – de Alvaro Gago

Dimanche 28 Juillet à 18h (VO/st)

1h 39min | Drame espagnol de Álvaro Gago

Avec María Vázquez, Santi Prego, Soraya Luaces

Synopsis
Dans un village de pêcheurs galicien, Ramona est ouvrière. Son usine est rachetée et les salaires sont à la baisse. Quand Ramona se rebelle contre cette ultime humiliation, elle est licenciée sur-le-champ. Prête à tout pour garantir l'avenir de sa fille, elle enchaîne alors les petits boulots à un rythme effréné... mais jusqu'à quand ?

Quelques critiques presse

Culturopoing.com par Martin Cadot - Étouffant et surprenant, Matria nous pousse dans nos retranchements autant que Ramona, le personnage principal, ouvrière, épuisée par la vie, mais ne se laissant pas abattre.

Ouest France par La rédaction - Un film social puissant doublé d'un beau portrait de femme.

Télérama par Hélène Marzolf - Un premier film dénué de misérabilisme, à la mise en scène fébrile et rageuse.

aVoir-aLire.com par Laurent Cambon - Matria, c’est tout simplement le portrait haut en couleur d’une femme extraordinaire qui ne parvient pas à se sortir de la médiocrité de son existence, ou la révélation sur les écrans français d’une grande comédienne : María Vázquez.

Bande à part par Isabelle Danel - María Vázquez, comédienne inouïe, lui donne une énergie, une dignité, une force qui vous poursuivent longtemps après la projection. Elle est le cœur battant de ce portrait de femme ordinaire qui tient de l’extraordinaire.

L'Obs par Isabelle Danel - Caméra à l’épaule façon Dardenne, le film s’échappe vers la mer de Galice et brûle du feu de sa vibrante interprète principale, María Vásquez.

La Septième Obsession par Xavier Leherpeur - À la fébrilité de son héroïne, à l’asphyxie réelle (ses quintes de toux qui l’épuisent un peu plus) et métaphorique, la mise en scène répond comme un appel d’air. La moindre des élégances de la caméra face à un tel modèle est de ne pas renchérir sur l’oppression ressentie.

Le Dauphiné Libéré par Nathalie Chifllet - Sans aucun cliché, Alvaro Gago dresse le portrait complexe d’une femme imparfaite.

Les Fiches du Cinéma par Florent Boutet - Portrait d’une quadragénaire luttant pour survivre dans un milieu social et familial complexe, Matria est un film beau et sincère, mais qui manque d’originalité, tant dans le traitement que dans le regard porté sur la communauté à laquelle il s’intéresse.

Libération par Camille Nevers - C’est la meilleure idée de Matria de se caler sur ce souffle, long et court, de femme de la classe laborieuse qu’il ne quitte pas d’une semelle.

Première par Bastien Assié - Malgré la gravité de son propos, Matria capte gracieusement la force de volonté d’une femme dans sa quête d’émancipation.

Le Monde par M.Dl - Le jeune cinéma espagnol surprend par sa richesse.

L'avis du projectionniste

A travers cette histoire sociale et familiale, le réalisateur dont c’est le premier long métrage dresse le portrait réussi d’une jeune femme courageuse en prise avec de nombreuses difficultés. Elle a caractère bien trempé et affronte les écueils de sa vie sans jamais baisser les bras. L’actrice, Maria VASQUEZ, joue ce rôle avec beaucoup d’énergie et de réalisme sans perdre son sens de l’humour. Un film à découvrir.